RED OCTOBER

Д

Red October avait vu le jour sur les bords de la Volga au début du siècle dernier. A cette époque les terres de l'Est formaient encore un grand ensemble rouge sur les cartes géographiques. Le facteur qui l'avait construit lui avait donné ce nom en hommage à la grande révolution qu'avait vu naître sa ville à cette même époque.
Une fois assemblé, on l'avait transporté sur cet archipel du bout du monde pour divertir des mineurs éloignés de leur patrie d'origine. De nombreux musiciens de renom étaient venus jouer avec lui. Avec eux, il avait participé à de nombreux concerts et vantait les louanges d'une utopie qui s’était effondrée en quelques semaines. Aujourd'hui, les musiciens étaient partis, les habitants de la ville aussi. Tout ceci appartenait désormais au passé.
On l'avait oublié là dans cette salle de concert. Il avait passé de longues années seul au milieu de cette scène silencieuse avec pour seuls compagnons une assemblée de fauteuils rouges et des rideaux cramoisis. Ses parois laquées n'avaient plus leur lustre d'antan et les fines cordes qui composaient ses entrailles ne sonnaient plus comme avant.
Depuis quelques temps des groupes de touristes en quête de ruines modernes venaient le surprendre dans sa torpeur. A chaque fois, c'était le même rituel, après avoir arpenté la salle de long en large avec leurs lampes torche, ils finissaient tous par se rassembler autour de lui. Ils le caressaient de leurs moufles synthétiques et tapotaient maladroitement sur ses touches. Red October détestait ces visites.
Heureusement, de temps en temps des surprises pouvaient avoir lieux. Comme la visite qu'il venait d'avoir cette après-midi même.
Contrairement aux autres celle-ci lui fit du bien. Parmi le groupe de touristes qu'il venait de rencontrer, figurait un groupe de musiciens scandinaves. Ils avaient fait le déplacement jusqu'ici pour venir le voir. D'après ce qu'il avait pu comprendre de leurs discussions, sa renommée commençait à prendre de l’ampleur sur le continent. Avec de petits appareils électroniques, ils s'étaient amusés à capturer ses sons. Avec le temps, l'harmonie de ses notes s'était déstructurée mais cela ne semblait pas les avoir dérangés. En touchant ses cordes à mi-chemin avec leurs gants synthétiques, ils réussirent à dégager des drôles de résonances qui après plusieurs tentatives finirent par se transformer en des accords acceptables. D'après leurs dires, ils allaient incorporer ces sons dans leur prochain album. En apprenant cette nouvelle, Red s'était senti revivre.